Analyse Half : Entraînement & Statistiques de course

L’ouverture de la saison des Triathlons Longue Distance en Europe a eu lieu le 07 Avril sur l’Half de Salou avec un plateau assez relevé.

Plusieurs athlètes entraînés par GUTAÏ étaient présents sur cette course de rentrée. Nous allons pouvoir vous présenter quelques chiffres intéressants sur la préparation et sur la stratégie d’allure durant la course.

Stéphane BERNARD, a effectué une belle course de rentrée avec une 4ème place dans sa catégorie (M40) et le meilleur tps vélo de son GA (37,74Km/h) pour un chrono total de 4:31:31.

Nous vous dévoilons les chiffres de ses 4 dernières semaines d’entraînement 

La préparation des dernières semaines s’est axée sur une approche pyramidale (en savoir plus) avec une répartition hebdomadaire des intensités de l’ordre de : 

  • 68,2% en Z1
  • 25,5% en Z2
  • 6,3% en Z3

On peut voir qu’en S14 (semaine de l’half Salou) la proportion en Z2 est plus élevée, ce qu’on explique par rapport à : 

  • La semaine d’affûtage spécifique sur cette semaine avec un faible volume
  • Une proportion élevée en Z2 durant la course (on verra ça dans la suite de l’article)

Entre S11 et S13 la répartition hebdomadaire des intensités est de :

  • 72,6% en Z1
  • 20,9% en Z2
  • 6,5% en Z3

Si on va un peu plus dans le détail on peut voir que Stéphane a effectué un gros travail spécifique à « allure Half » avec 23,6% de son entraînement effectué en Z1ii (90-95% d’intensité critique).

Sa préparation sur les 4 dernières semaines est donc proche de nos préconisations en terme de répartition hebdomadaire des intensités.

Pacing & stratégie d’allure sur l’Half de Salou

Le calcul automatique de GUTAÏ pour définir les intensités par contexte (indoor vs outdoor et plat vs montée) permet de définir la stratégie d’allure optimale par discipline durant un triathlon Format Half ou Full. 

Nous n’avons pas effectué l’analyse des données natation car la mer était agitée et le parcours pas très bien balisé, les conclusions auraient été erronées. 

Pour la partie cycliste

GUTAÏ avait préconisé une puissance cible sur le plat entre 226 et 239W sur le plat / 229-242W en montée. Il faut noter que Stéphane n’a pas encore pu réaliser les tests en montée cette année, les données ne sont donc pour le moment pas optimales mais le parcours de Salou étant relativement plat (D+489m pour 90,7Km), ça n’a pas eu d’influence négative sur l’analyse.

Avec une puissance moyenne de 236W, le pacing préconisé par GUTAÏ est validé. 

Nous recommandons souvent aux athlètes de maintenir une intensité stable durant l’effort voir tenter d’augmenter progressivement l’intensité. Cette stratégie a été identifié comme étant la meilleure approche par différentes études scientifiques.

Pour avoir une analyse plus fine des données, nous avons réalisé une découpe par tronçon de 30Km (3 tours de 30Km composés le parcours). 

On peut voir que la puissance est relativement similaire sur chaque tour de 30Km avec une FC stable montrant un bon rendement mécanique. La puissance légèrement plus faible sur les 30 derniers KM s’explique par les 4 derniers KM en faux plat descend avec une puissance naturellement plus basse de 201W ce qui a fait chuter la puissance moyenne du tronçon.

Pour la partie course à pied :

GUTAÏ avait préconisé une vitesse cible sur le plat @14Km/h [±0,5Km/h]. Avec 14,4Km/h de moyenne sur les 21Km, le pacing préconisé est validé.

Nous avons réalisé une analyse par tranche de 7Km pour avoir des données plus fines sur l’évolution du pacing.

Stéphane a essayé d’accrocher la foulée de la 1ère féminine ce qui explique ce départ rapide @15,1Km/h sur les 7ers KM. 

Sur le second 7Km la baisse de vitesse est limitée (-0,7Km/h) avec une FC qui a légèrement augmenté (+1bpm) alors que l’intensité est plus faible. Ceci s’explique certainement par une accumulation de chaleur endogène qui a généré cette dérive cardiaque naturelle.

Sur le dernier 7Km (KM14 à KM21), il y a une légère baisse de vitesse (-0,3Km/h) avec une stabilisation de la FC tout en restant dans le pacing préconisé de 14Km/h.

Conclusion

Une préparation bien gérée avec une répartition hebdomadaire optimale des intensités d’entraînement, un travail spécifique à intensité cible et une stratégie d’allure respectée sont des éléments qui permettent de réaliser une course pleine et surtout de prendre du plaisir tout en atteignant son objectif. 

Testez nos programmes d’entraînement avec la formule Training 2.0 (cliquez ici) ou notre fonctionnalité sur la répartition des intensités disponible en abonnement Premium (cliquez ici).

Pour en savoir plus

  • Toutes les infos sur l’approche Pyramidale : Lire l’article
  • Comment utiliser la répartition des intensités – exemple du Triathlon Longue Distance : Lire l’article
  • Comment utiliser la répartition des intensités – exemple du marathon : Lire l’article